•   

     

    -------------

    Sortir la tête de l’eau. 

    L’histoire que je vais vous raconter n’a rien d’exceptionnelle, si ce n’est peut-être la façon dont j’ai aidé mon meilleur ami Bo-hyun à tourner la page vis à vis de son ex-copine Hye-sun.

    Je m’appelle Moon Jin-joon mais tout le monde me surnomme JJ. Je me trouve en ce moment même dans l’une des cabines des toilettes des hommes d’un bar en « galante compagnie ».

    Ce n’est pas la première fois que je m’envoie en l’air dans des toilettes mais cette fois-ci je dirais que c’est pour la bonne cause.

    (« Vous me trouvez un peu gonflé d’utiliser ces mots ?!

     Vous avez raison, certes je suis là pour prendre mon pied mais pas que…

    Mon but premier est de faire réaliser à mon ami Bo-hyun quelle est la vraie nature de son ex Hye-sun afin qu’il puisse passer à autre chose au lieu de se morfondre comme il le fait en ce moment ».)

    Boh-yun est mon meilleur ami et ce depuis le début du collège.

    La première fois que je l’ai vu il s’était caché dans le local à accessoires du gymnase. Quand j’ai ouvert la porte de la pièce, je l’ai trouvé en pleurs, il a levé la tête vers moi avec son regard de petit chien battu et j’ai tout de suite eu envie de le protéger sans condition.

    Le fait qu’il soit toujours le 1er de la classe et qu’il ait un physique de gringalet lui ont valu plus d’une fois d’être malmené par les autres et ça, c’est une chose que je n’ai jamais supporté, s’en prendre aux plus faibles sous prétexte qu’on veut jouer les durs, il était hors de question pour moi de laisser passer ça.

    De mon côté, je n’ai jamais eu à subir ce genre de persécution, le fait d’avoir un gabarit hors norme et de faire une tête de plus que la plupart des autres garçons, a toujours été dissuasif et moi à ses côtés, Boh-yun n’a jamais plus été le souffre-douleur de personne.

    Depuis lors, je fais en sorte de lui éviter ce genre de désagrément mais là, la situation qui le fait souffrir est différente.

    Cela fait déjà quelques semaines que celle qui a été sa petite amie pendant 6 mois l’a largué.

    Le motif de la rupture ? Pas assez viril. Elle l’a quitté pour un joueur de football en prétendant en avoir assez de sortir avec un rat de bibliothèque et qu’elle voulait être avec un « vrai mec ». Ses mots avaient miné son moral, il avait eu énormément de mal à digérer cette rupture car il tenait vraiment à elle, le fait qu’elle soit aussi sa toute première petite copine n’arrangeait pas les choses.

    Depuis les jours, puis les semaines passent et je le vois tomber peu à peu dans un état dépressif qui m’inquiète.

    Lui qui d’habitude est une vraie fée du logis c’est un véritable b*rdel dans son appartement, rien n’est rangé, ses vêtements traînent çà et là un peu partout dans les pièces, ne parlons même pas de la vaisselle qui joue à la tour de Pise dans l’évier. Et pour ce qui est de se nourrir correctement, c’est ramen et pizza à volonté, tout un menu.

    Au vu de la situation j’ai fini par m’installer dans son appartement pour tenter de le sortir de sa léthargie.

    Je ne vous raconte même pas tout ce que j’ai dû faire pour y arriver car ma virilité en a pris un coup mais ça a payé, à force de faire le pitre à la moindre occasion, j’ai fini par lui redonner le sourire.

    (Moi en tant qu’auteur je ne vais pas me gêner de vendre un peu la mèche ;) Vous avez déjà vu un mec d’1m90 et 85kg en tenue de soubrette en train de faire la poussière un plumeau à la main perché sur des talons aiguilles trop petits pour lui pour faire rire son ami ? C’est vraiment hilarant !)

    Pour son anniversaire, j’ai donc décidé de lui changer les idées en lui organisant une soirée surprise dans un pub en y conviant une bande de copains de la fac : au programme, bière et soju à volonté.

    Malgré le nombre d’excuses qu’il me sort pour ne pas venir, je réussis à le faire sortir de l’appartement. Une fois sur place, la bonne humeur du groupe ainsi que quelques verres de bières l’aident à se détendre.

    Nous nous sommes installés dans un coin de la salle qui dispose d’une cible de fléchettes, un peu à l’abri des regards. Je me suis assis en bout de table pour avoir discrètement un œil sur la porte d’entrée car j’attends qu’une certaine personne en passe le pas, et c’est de cette personne que viendra ou non la réussite de mon plan.

    Cela fait environ 1 heure que nous jouons à lancer des fléchettes et contre toute attente Boh-yun ne se débrouille pas trop mal à ce jeu, il arrive à faire un bon score. Tout fier de lui il m’interpelle en souriant comme un gosse à la vue de son score, je lui rends son sourire quand mon téléphone se met à vibrer sur la table. Je l’attrape rapidement et je me mets à lire le sms que je viens de recevoir. Son contenu me fait sourire, tout à l’air de se dérouler comme prévu, je décide donc de passer à l’action.

    J’interpelle Boh-yun en lui disant je vais me chercher une nouvelle bière puis je me dirige vers le bar. Une fois hors de vue de mon ami, je bifurque vers les toilettes des hommes.

    Boh-yun :

    Je cherche JJ du regard depuis un moment mais impossible de le trouver, je sors mon portable de la poche de mon jeans et je me prépare à l’appeler quand je reçois un sms des plus étranges de sa part.

    Je m’y reprends à deux fois pour lire son message mais je n’arrive pas à comprendre ce qu’il veut me faire faire.

    JJ : « J’ai une surprise très particulière pour ton anniversaire mais pour découvrir ton « cadeau » tu dois aller dans les wc des mecs maintenant et t’asseoir dans la dernière cabine du fond sans faire de bruit et attendre. Tu ne dois surtout pas sortir avant que je t’y invite !»

    Boh-yun  : « Quoi ?»

    JJ : « Fais-moi confiance. »

     Boh-yun: « Qu’est-ce que tu es encore allé inventer ? »

    JJ : « Tu verras bien ! »

     Boh-yun : « Mais pourquoi dans les wc ? »

    JJ : « Fais ce que je te demande, je te promets que tu vas aimer ma petite surprise ! »

    Boh-yun: « Ok ! »

    Parfois JJ fait des trucs complètements barrés mais je sais que jamais il ne cherchera à me nuire.

    Arrivé dans les WC il me semble entendre un bruit venant du fond de la pièce, je marque un temps d’arrêt pour écouter mais tout est tranquille, je pousse la porte de la cabine du fond et je m’installe sur l’abattant du wc comme JJ me l’a demandé. Je n’arrive toujours pas à comprendre où tout cela va me mener.

    La Serrure chapitre 2 (+ 18 ans)

     

    JJ :

    Appuyé contre la porte de la cabine, je laisse les mains de mon partenaire se faufiler sous mon t-shirt, l’une d’elles arrive à se glisser sous la ceinture de mon jean pour venir du bout des doigts frôler mon gland, cette légère caresse provoque en moi une décharge électrique qui vient irradier mes reins.

    Je le regarde se mettre à genoux entre mes jambes pour s’attaquer au bouton de mon pantalon puis à la fermeture éclair de celui-ci. Sans me quitter du regard, sa langue passe de façon gourmande sur ses lèvres, je sens mon sang venir rapidement irriguer mon pénis au point qu’il en devient douloureux.

    Une fois mon pantalon sur les chevilles, mon caleçon ne fut pas long à suivre le même chemin. Il attrape d’une main mon sexe qu’il porte à sa bouche pendant que de son autre main il pétrit fermement mon fessier.

    Je ferme les yeux m’abandonnant à la caresse que me procurent ses lèvres en glissant le long de ma hampe. Sa bouche encercle l’extrémité gonflé et sensible de mon gland, s’ensuit après des va-et-vient d’une terrible efficacité qui font que j’ai du mal à m’empêcher de gémir.

    Je donne un coup de reins en avant pour m’enfoncer un peu plus profondément dans sa bouche. Elle est si chaude, humide et si profonde que je pourrais aisément me contenter d’elle seule pour jouir quand il met fin à cette fellation. Il se redresse, cherche dans la poche arrière de son jean, en sort un préservatif ainsi qu’une dosette de lubrifiant intime en me disant :

    «  Et si on passait aux choses sérieuses ?! » 

    À peine ai-je fait « oui » d’un signe de la tête qu’il se débarrasse prestement de son pantalon ainsi que son caleçon, le tout gisant maintenant sur le sol à ses pieds. Il se penche sur l’abattant du wc mettant son postérieur en avant tout en me lançant un regard aguicheur par-dessus son épaule. Je souris en me disant qu’après une mise en bouche des plus alléchantes il est temps de passer au plat de résistance.  

     

    Boh-yun :

    Je me sens un peu c*n assis comme ça dans cette cabine quand un bruit se fait entendre.

    Un petit bruit ? Non ! Un gémissement, il est rapidement suivi par d’autres, ils proviennent de la cabine juste à côté de la mienne, on dirait que …. P*tain, m*rde… ce n’est pas possible, je crois bien que quelqu’un est en train de s’envoyer en l’air juste à côté.

    Au début les gémissements sont plutôt faibles.

    « Ah ah … ! »

    « Ahh ah … ! »

    Puis, ils semblent prendre de l’intensité en même temps que j’entends des bruits de coups portés contre les parois de cette cabine.

    « Ah ah ahhhh …! » 

    Je me sens vraiment mal à l'aise, je commence à avoir chaud, cette chaleur devient de plus en plus cuisante, le rouge vient me monter aux joues, je ne sais plus où me mettre ni si je dois signaler ma présence ou rester là jusqu’à ce qu’ils aient fini au risque de passer pour un gros pervers.

    Je tente de me boucher les oreilles mais rien n’y fait, c’est alors que mon pénis commence à se gorger de sang et à gonfler contre toute attente. Merde Boh-yun, qu’est ce qui t’arrive ?

    "Ah ah ahhhh …!"

    J’ai beau me dire que c’est malsain, mon corps ne semble plus vouloir m’obéir et mon sexe prend rapidement du volume.

    Je défais rapidement le bouton ainsi que la fermeture éclair de mon pantalon puis je me cale tant bien que mal sur l’abattant tout en faisant glisser ma main à l’intérieur de mon caleçon pour commencer à me masturber, frottant de mon pouce la pointe de mon gland déjà humide. Je sens mon pénis grandir au fur et à mesure que les gémissements augmentent à côté de ma cabine.

    À ce stade je dois vous avouer que mon érection atteint des sommets, je suis tellement excité que mon pénis finit par atteindre une position quasi verticale.

    Je tente de faire le moins de bruit possible en me collant une main sur la bouche pendant que l’autre empoigne encore un peu plus fort mon pénis. Ma respiration s’accélère à chaque va-et-vient de ma main, elle devient de plus en plus bruyante, j’ai du mal à avaler ma salive tellement ma gorge est sèche.

    Tout mon corps se crispe, de mes doigts de pieds jusqu’à mes tétons qui se dressent sous ma chemise blanche. Ma peau se couvre de frissons avant que je ne puisse refréner un râle de soulagement et de plaisir teinté de honte quand je finis par jouir dans ma main.

    Il me faut quelques secondes avant de retrouver à nouveau mon souffle et un semblant de lucidité face à ce qui vient de se passer. Je regarde ma main couverte de mon sperme en me disant que j’ai complètement perdu la tête pour en arriver à me masturber dans les toilettes d’un bar. Je me mets à marmonner en pestant après JJ. : « Aigo ! Il y en a un qui va devoir s’expliquer rapidement ! »

    J’attrape des feuilles de papier toilette pour m’en essuyer la main puis je tends l’oreille à l’affût du moindre bruit.

                                                                               

                                                                        (NB : Cette vidéo contient une scène de fusillade ainsi que du sang !)

      Le silence règne à nouveau dans la pièce, j’entrebâille un peu la porte, poussé par la curiosité, quand je vois JJ sortir de la cabine un grand sourire aux lèvres, il a l’air vraiment satisfait de lui, il se dirige vers l’un des lavabos pour en actionner le robinet.

    Il lève la tête pour se regarder dans le miroir, nos regards se croisent, il me décroche un petit clin d’œil suivi d’un sourire avant de me faire signe de la tête de me cacher à nouveau. Il dégage une telle assurance que je décide de lui faire encore confiance en me cachant à nouveau discrètement.

    À peine ai-je refermé la porte que j’en entends une autre s’ouvrir, des pas résonnent sur le sol en même temps qu’un bruit que j’identifié comme étant celui d’une fermeture éclair que l’on remonte se fait entendre, puis une voix  masculine interpelle JJ.

    « Alors toi…. Pfff !!!

    C’est la première fois que je prends autant mon pied. Tu as mon numéro si à l’occasion tu veux remettre ça… »

    Brusquement plus aucun son ne me parvient, puis contre toute attente une voix de femme se met à crier, je la reconnais immédiatement, c’est celle de Hye-sun.

    «P*tain mais c’est quoi cette histoire ?»

    J’entends ses talons claquer rapidement sur le carrelage, au son qu’ils font, elle se dirige vers la cabine du fond, la porte est bruyamment poussée en même temps qu’elle dit :

    « Elle est où ? »

    JJ lui répond, « Qui ça ? »

    Hye-sun :

     « La fille, la s*lope, celle qui était en train de s’envoyer en l’air avec mon mec. »

    JJ :

    « Mais il n’y a aucune fille ici ! »

    Hye-sun balbutie :

     « Quoi ? Mais j’ai… »

    Le silence se fait brusquement avant qu’un « Quoi ? » de stupéfaction se fait entendre. Je suppose qu’elle a enfin compris la situation.

    JJ :

    Elle nous dévisage l’un après l’autre puis elle enlève son sac en bandoulière et tente de nous frapper avec tout en nous criant dessus. Son petit ami n’est pas long à réagir, il la traite de folle puis il lui dit qu’il veut mettre fin à leur relation car, au final, elle n’était intéressée que par son portefeuille, le fait d’être entretenue, de pouvoir aller dîner dans des restaurants huppés ainsi que de se faire offrir des produits de luxe. Il lui dit que si elle tient à garder la voiture qu’elle a eue pour son anniversaire ainsi que les cadeaux qu’il lui a offerts, elle n’a pas intérêt de crier sur tous les toits qu’il est bi car les conséquences seraient terribles.

    Il s’approche de moi, m’embrasse sur la bouche passionnément devant les yeux effarés de Hye-sun, puis il me dit de ne pas hésiter à le rappeler si l’envie me prend de réitérer l’expérience et il quitte les toilettes.

    Hye-sun se tourne vers moi le regard mauvais et me dit :

     « Je suis sûre que c’est toi qui as tout manigancé et fait en sorte de gâcher ma nouvelle relation avec ce fils à papa, tu ne m’as jamais appréciée.

    Tu as dû finir par découvrir que j’étais sortie avec ton ami afin de l’utiliser pour qu’il m’aide à faire remonter ma moyenne générale, quand je pense à ce que j’ai dû faire pour lui faire croire que j’étais amoureuse de lui, j’en ai la nausée. »

    Boh-yun :

    Le poids qui m’oppressait depuis des semaines disparaît brusquement en entendant ses mots. Moi qui pensais à tort qu’une fille comme elle était la perfection incarnée, je découvre effaré que je n’ai été qu’un pantin entre ses mains, tout au plus un tuteur lui fournissant à mon insu des cours gratuitement pendant les 6 mois qu’a duré notre relation car tout ce qu’il l’intéressait chez moi c’était le fait que j’avais les meilleures notes de la classe et que je pouvais l’aider à remonter sa moyenne pour pouvoir passer son examen final.

    J’en étais même arrivé à mettre en doute mon amitié avec JJ par moment quand je voyais le comportement qu’il avait avec Hye-sun, toujours sur la défensif avec elle et un peu trop protecteur à mon égard. Au final il avait vu clair dans son jeu et il ne cherchait qu’à me protéger.

    Quel idiot j’ai été, comment j’ai pu croire un instant que je pouvais plaire à l’une des filles les plus belles du campus.

    Le ton monte entre JJ et Hye-sun, c’est là que mon ex finit par lui dire qu’elle est prête à tout pour me reconquérir histoire de lui faire payer le fait qu’il ait couché avec son petit ami et qu’elle se soit faite larguée, elle lui raconte que je suis si naïf qu’elle n’aura aucun mal à le faire passer pour le méchant de l’histoire en prétendant avoir subi des menaces et des intimidations de sa part pour arriver à mettre fin à notre couple, elle semble si sûre de me récupérer sans problème que je décide de sortir de ma cachette.  

    Au moment où j’apparais, l’expression de son visage change du tout au tout, je vois la stupeur remplacer son assurance, elle devient pâle avant de vaciller un instant puis elle se reprend rapidement, son regard devient haineux avant de me balancer à la figure :

    « J’ai toujours détesté la façon dont JJ te regardait, maintenant je comprends mieux son comportement, c’est parce qu’il avait des vues sur toi, c’est écœurant. »

    Je dévisage JJ avec surprise, elle raconte n’importe quoi, il n’a jamais montré quoi que ce soit qui puisse me laisser penser qu’il éprouve plus qu’une affection fraternelle à mon sujet. Elle continue à déverser sa haine en racontant des choses qui n’ont aucun sens. Elle finit son monologue par :

     « Attendez un peu que je raconte autour de moi que vous êtes gays, vous allez le regretter. »

    Cette dernière information ne semble absolument pas le déstabiliser, au contraire, je vois apparaître son fameux sourire en coin, celui qu’il arbore quand il est sûr d’avoir le dessus.   

    Je me demande ce qui peut bien lui assurer la victoire quand il lui répond qu’il n’a aucun compte à lui rendre et qu’elle ferait mieux de réfléchir à deux fois avant de raconter sa petite histoire. Il se tourne vers le lavabo, récupère son téléphone et nous fait face en nous montrant l’écran.  

    Il affiche le mode enregistrement et au vu du temps qui est affiché dessus, il enregistre depuis un moment, je dirais même bien avant que mon ex ne fasse son apparition. JJ lui fait écouter un extrait de leur conversation, il pousse la chose un peu plus loin en lui proposant de lui envoyer une copie de l’enregistrement mais elle ne réagit même pas.

    Hye-sun est là, la bouche grande ouverte, elle tente d’articuler des mots mais aucun son n’en sort, on dirait un poisson sorti de son bocal en train de manquer d’oxygène avec sa grande bouche peinturlurée de rouge vif, son regard figé sur l’écran du téléphone fait ressortir encore plus ses yeux globuleux puis son visage change.  

    Ce visage, qui autrefois m’avait tant plus, à laisser la place à une expression de dégoût, il lui déforme les traits la rendant maintenant hideuse à mes yeux.

    Elle tourne les talons sans un regard en arrière et quitte rapidement la pièce.

                                                                                 

    Une fois tous les deux seuls, je finis par lui poser la question qui me brûle les lèvres depuis un moment en lui demandant d’où il connait celui qui était le petit ami de Hye-sun il y a encore quelques minutes.

    Il m’explique l’avoir rencontré dans le club de sport où il est inscrit et que les regards qu’ils avaient échangés lui avaient rapidement fait comprendre qu’il était intéressé par sa personne. Ils avaient échangé leur numéro de téléphone et au fil de leurs discussions il en était venu à parler de la fille qu’il fréquentait et de son comportement plus qu’insupportable, de ses crises de jalousie à sa faim insatiable pour les produits de luxe et qu’il pensait mettre fin à cette relation.

    Au début il n’avait pas réalisé que c’était le petit ami de Hye-sun, c’est en tombant sur une photo du couple sur FB qu’il a compris à qui il avait affaire, c’est à ce moment-là que JJ lui a parlé de moi et de ma relation avec Hye-sun et de la façon dont je mettais fait larguer et l’état dans lequel je me trouvais.

    Au fil des jours, le petit copain en vient à lui proposer un plan, de sorte à satisfaire les deux parties : lui à rompre avec elle et JJ à arriver à la faire sortie de ses gongs pour qu’elle avoue s’être servi de moi pour réussir ses examens.

    Il dit à JJ qu’il va s’arranger pour créer le faux profil d’une fille avec un autre téléphone puis il laissera traîner le sien et connaissant la jalousie de Hye-sun, il est sûr qu’elle ira fouiller dessus et qu’elle finira par trouver les petits indices qu’il aura semés tel le petit poucet, de façon à lui faire croire qu’il a rendez-vous avec une autre fille et qu’ils prévoient de se retrouver ce soir dans ce bar pour s’amuser un peu. Après il s’agira juste d’avoir un bon timing.

    La seule chose qui était demandée à JJ était de donner de sa personne, juste pour un soir et que s’il venait à y avoir un auditoire dans la pièce qui profiterait du « son », ça ne ferait qu’augmenter son plaisir et par la même occasion le sien aussi.

    JJ avait un peu hésité avant d’accepter, car cela le gênait de m’utiliser de cette façon, mais après un temps de réflexion il en était venu à accepter le marché en se disant que de toute façon j’avais besoin d’une sorte d’électrochoc pour sortir de ma torpeur.

    Je lui réponds sur un ton légèrement ironique qu’il me doit un cadeau pour mon anniversaire car celui-là est un peu trop spécial à mon goût. Il est pris d’un fou rire en entendant ma demande, il lui faut quelques secondes avant de pouvoir retrouver son souffle et de me répondre qu’il n’y a pas de problème, tout en se recoiffant devant le miroir.

    C’est à ce moment-là que nos regards se croisent à nouveau dans le miroir et celui de JJ semble plus intense avec un « je ne sais quoi » de diffèrent. À moins que ce ne soit le mien qui ait changé.

    Je l’observe un long moment, c’est comme si je le regardais pour la première fois, mon pouls s’accélère brusquement en repensant au plaisir que j’ai éprouvé en l’entendant prendre son pied avec son partenaire d’un soir.

    Au moment où je sens le rouge me monter aux joues, je baisse brusquement la tête en espérant que JJ n’aura rien vu et je quitte rapidement la pièce.

    La Serrure chapitre 2

    Fin.

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique