• Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     

    Chapitre spécial

      

    Forth

    Pour cette fin d’année nous avons décidé d’organiser une récolte de fond pour l’école que nous avons rénovée il y a quelques mois, la même qui a vu notre couple à Beam et moi devenir officiel devant les yeux de nos amis. Nous avons prévu d’y installer des panneaux solaires pour permettre aux élèves de puiser plus facilement l’eau du puit et par la même occasion y rajouter un système de purification de l’eau pour éviter qu’ils ne consomment une eau insalubre.

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

    Nous avons longuement réfléchi à la façon d’accrocher le plus les futurs donateurs car la fac n’a pu nous octroyer qu’un petit budget, à nous de nous débrouiller pour augmenter la cagnotte afin de pouvoir réaliser notre projet et si nous y arrivons il comptera dans notre dossier universitaire. 

    C’est en me promenant devant les vitrines des grands magasins en période des fêtes de fin d’année que l’idée m’ait venu d’organiser une récolte de fonds car voyez-vous en Thaïlande, Noël est un jour comme un autre, il n’y a que les centres commerciaux qui jouent le jeu.

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

                                                                                                   Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël. 

     

     

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     

     

     

    Surtout les grands centres commerciaux comme le Central World ou bien le Siam Paragorn en tête qui fêtent Noël à grand renfort de lumières et de décorations aussi imposantes les unes que les autres, tous ont au moins leur sapin mais pas comme vous l’entendez, avec 28 degrés en moyenne ils n’y résisteraient pas.

     

     

     

                                                                                  Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

    Quand je pense à Noël, je pense d’abord à la ville de Chanthaburi qui compte la plus grande communauté chrétienne du pays et possède probablement la plus grande et la plus belle cathédrale du pays, elle fut érigée au début du 20ème siècle dans un style gothique et elle est devenue le symbole de la ville, elle est située à 4 heures de route de Bangkok, ça fait une sacrée ballade mais le paysage en vaut le détour.

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

                        

     

    Je sais, je fais très agence de voyage avec mon discours mais j’aime mon pays alors ne m’en veuillez pas d’être un peu chauvin.

    Donc avec Laem nous avons monté un dossier pour donner plus de crédibilité à notre projet et c’est armé de ce dossier que je me rends à l’accueil du Central World pour tenter d’avoir un rendez-vous avec l’un des responsables des galeries. Arrivé devant le comptoir je me retrouve devant une jeune femme, je lui sors mon plus beau sourire en lui expliquant ma demande, elle ne semble pas insensible à mon charme car je la vois répondre à mon sourire en rougissant, il faut dire que j’ai soigné mon apparence pour avoir un maximum de chance de mon côté.

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

    Elle m’informe que la responsable est présente en ce moment même dans son bureau et qu’elle va tenter de m’avoir un rendez-vous pour cet après-midi. Elle attrape le téléphone posé devant elle et se met à composer un numéro, je m’éloigne discrètement pour lui permettre de dialoguer tranquillement avec son interlocutrice.

    J’en profite pour regarder les décorations de Noël disposées un peu partout dans l’allée centrale, les hauts parleurs diffusent en boucle des tubes internationaux sur le thème de Noël.

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     Je souris en reconnaissant l’une des chansons qui passe en ce moment même « Santa Baby » d’Eartha Kitt. Je suis perdu dans ma contemplation quand je sens que l’on me tapote l’épaule gauche, je me retourne pour découvrir la jeune fille de l’accueil, elle affiche un grand sourire en me disant que Mme Kerdthongtavee est disposée à me recevoir puis elle me donne un plan du centre commercial en m’indiquant dessus où se trouve le bureau de cette responsable.

    Au bout de près d’1 heure je finis par sortir du bureau de Mme Kerdthongtavee le sourire aux lèvres, c’est limite si je n’ai pas envie de faire une danse de la joie. Il semblerait que Mme K, appelons là comme ça, ça sera plus court pour tout le monde, donc je disais que Mme K semble avoir un sens des affaires plutôt aiguisé car lors de la lecture de notre dossier elle s’est arrêtée  sur la photo de notre petit groupe en me demandant si les personnes présentes dessus participeraient à la collecte de fond, je lui confirme ça et c’est là qu’elle me dit de but en blanc que cela pourrait être un avantage pour elle que d’avoir sous la main un groupe de beaux jeunes hommes car elle souhaitait booster les ventes de certaines boutiques. Elle rajoute alors que notre venue pourrait attirer la clientèle féminine dans des boutiques dédiées aux accessoires de maroquineries, dans les boutiques de vêtements ainsi que dans celles proposant des soins pour le visage jusqu’au maquillage, elle me propose alors de mettre à notre disposition un petit stand pour nous donner un peu d’espace sans nous retrouver directement en contact avec la gente féminine histoire de limiter aussi une future effervescence liée à notre présence. Après nous être mis d’accord sur les détails du contrat, elle me tend une copie de ce contrat en me disant qu’en cas de problème elle a mon numéro de téléphone puis elle met fin à notre entrevue en me souhaitant une bonne fin de journée.

    Une fois dehors je décide de me rendre dans une boutique de déguisements près du centre-ville. Arrivé devant la vitrine je suis surpris par sa devanture un peu vieillotte, je sors mon téléphone de la poche de mon jeans pour en vérifier l’adresse, c’est bien la même que celle du texto que m’a envoyé P’Mouse. C’est sur ses conseils que j’ai fini par choisir cette boutique, il n’arrêtait pas de me vanter le grand choix de déguisements disponibles autant pour la vente que pour la location ainsi que de ses prix défiants toute concurrence. Une fois à l’intérieur je suis tout de suite sous le charme, on dirait la caverne d’Ali Baba, la plupart des thèmes y sont présents des super héros aux uniformes en passant par le thème des pirates, d’Halloween, des années 20 jusqu’à nos jours etc.

    Je déambule entre les rayons avant de m’arrêter devant un costume de gladiateur, je laisse mon imagination divaguer en nous imaginant Beam et moi vêtus de cette même tenue le corps luisant de sueur près à rentrer dans l’arène pour un corps à corps des plus musclés, je sens ma tension monter rien qu’à cette idée.

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     

     

    Je décide d’aller me rafraîchir les idées en prenant le frais du côté du rayon de Noël quand je suis pris d’un fou rire énorme devant un modèle de string à l’effigie d’un renne, sur le devant se trouve sa tête avec ses bois ainsi que ses yeux qui bougent, au milieu son long nez marron dont l’extrémité est colorée en rouge.

     (Comme le modèle qui suit.)

     

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     

     

    (Quoi ?? Je me suis trompée de photo ?! Autant pour moi !

     Là c’est bon ?!

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     Non, toujours pas ?! Mais c’est pas possible !!

    Voilà ce qui arrive quand on écrit après quelques verres de Soju !!!

    Boire ou écrire il faut choisir !!!

    Allez, jamais deux sans trois, cette phrase va vraiment devenir ma devise. Bon, cette fois je vous promets que c’est la bonne.)

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

    Ahhhh !!  C’est bon, ouf !!

     Hééé ! J’en vois certains d’entre vous la bouche grande ouverte en découvrant cette photo, arrêtez de baver devant vos écrans mon histoire est loin d’être finie.)

     

    Mon fou rire semble avoir attiré l’attention sur moi quand un vendeur se dirige dans ma direction pour me proposer son aide, je lui explique ce dont j’ai besoin et le budget que je souhaite ne pas dépasser. Nous nous installons près du comptoir pour regarder les modèles disponibles dans son catalogue, je tombe sur un modèle qui me convient et dont le prix reste accessible, le seul problème est qu’il est en cours de réapprovisionnement et ne sera disponible que dans 4 jours.

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

    Je me dis que pour le coup le délai est un peu juste mais vu son prix je ne vais pas faire le difficile. Une fois le bon de location validé je décide d’aller chez Laem pour lui montrer la photo du modèle que j’ai choisi et pour l’informer que notre demande pour nous installer dans la galerie marchande a été acceptée.

    Quatre jours plus tard je retourne à la boutique, à peine suis-je rentré à l’intérieur que je comprends qu’un problème est survenu en voyant la tête que fait le vendeur. Il m’explique avoir rencontré un problème au moment de déballer le carton qui lui a été livré ce matin, j’écoute son explication en me disant que ma journée commence mal quand je réalise le comique de la situation, un 3 qui se transforme en 5 ! Je souris en me disant que les divinités ont un certain sens de l’humour pour avoir fait en sorte qu’un 333 se transforme en 555.

     (En Thaïlande, dans les messages échangés par sms ou postés sur internet on voit souvent des chiffres 5 pour ponctuer une réplique ou une exclamation car en thaï le chiffre « cinq »  (ห้า) se prononce « ha » et donc « 555 » équivaut à un éclat de rire « ha ha ha » tout simplement.)

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

    Certes ce nouveau modèle est court mais le vendeur me propose un prix tellement attractif en compensation de cette erreur que je décide d’accepter son offre, après tout rien ne nous empêche de mettre un bermuda en dessous. 

     (Je suis sûre que la plupart d’entre vous aurait préféré voir nos héros dans ce genre de tenue.  Et moi la première mais j’avais peur de provoquer des malaises à répétitions parmi la clientèle du grand centre commercial, je suis donc dans le regret de vous informer que cela restera de l’ordre du fantasme donc nous nous contenterons de celle d’avant qui pour ma part stimule déjà pas mal mon imagination plutôt fertile.)

     

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     

     

     

    • Le soir dans les vestiaires à la fac d’ingénierie.

                                          

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

    Forth

    Une fois arrivés dans les vestiaires nous nous changeons rapidement tout en discutant de nos projets respectifs pour le reste de la soirée. Pha et Yo finissent par partir rapidement suivis de près par Kit et Ming, il ne reste plus que Laem, Beam et moi.

    Je suis en train de ranger les déguisements dans un carton pour pouvoir les ramener demain après-midi à la boutique quand je repense aux difficultés que j’ai rencontrées pour faire accepter à mes amis de porter cette nouvelle tenue, je me dis que cette erreur de chiffre nous a finalement plutôt bien servi, en l’espace d’une journée nous avons récolté assez de fonds pour réaliser notre projet et nos tenues y ont joué un grand rôle comme celui d’attirer la gente féminine sur notre stand comme l’aurait fait un pot de miel avec les abeilles.

    Je suis perdu dans mes pensées quand j’entends s’ouvrir la porte des vestiaires, c’est Row, il revient avec les boissons glacées que je lui avais demandé d’aller me récupérer devant le stand installé à l’entrée de la faculté. Il se dirige vers moi pour me tendre ma boisson, puis c’est le tour de Laem. Quand arrive le tour de Beam je tourne la tête dans sa direction pour le regarder, il est assis sur le banc à ma gauche en train de finir de boutonner sa chemise quand je vois un petit grelot se détacher d’un des déguisements que je suis en train de ranger pour venir rouler sous l’un des pieds de Row au moment même où il tend sa boisson à Beam. Je n’ai pas le temps d’intervenir que son pied glisse dessus lui faisant perdre l’équilibre, il tente alors de se remettre d’aplomb tant bien que mal, la seule option qui s’offre à lui à cet instant est de se rattraper aux épaules de Beam mais ce geste lui fait lâcher la boisson qu’il lui tendait et qui atterri sur sa tête puis sur sa chemise blanche pour finir sa course entre ses jambes venant par la même occasion mouiller son pantalon noir.

     Beam est couvert de la tête au pied de thé glacé, il semble plutôt mécontent.

     « Shia ! C’était une chemise neuve ! »

    La situation est plutôt comique, je tente de réprimer mon fou rire en voyant la scène et quand je croise le regard de Beam c’est plus fort que moi je le laisse éclater, il lève alors les épaules d’un air fataliste avant de se mettre finalement à rire lui aussi, Laem finissant par se joindre aussi à nous. Par contre Row n’en mène pas large, il se précipite vers son casier pour en sortir une serviette qu’il tend à Beam tout en lui faisant son regard de chien battu, Beam l’accepte d’un signe de la tête et commence à s’essuyer le visage avec.

    Je lui propose d’enlever ses vêtements pour aller se doucher pendant que je tenterais de mon côté d’enlever les taches de thé présentes sur ses affaires.

    « Tu n’auras qu’à mettre les vêtements de rechange que j’ai dans mon casier. »

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     Je ne quitte pas des yeux Beam quand il commence à déboutonner un à un les boutons de sa chemise mouillée, elle épouse le moindre de ses muscles, de son torse musclé à ses bras solides en passant par son ventre plat. Je passe ma langue sur mes lèvres sèches quand je vois se dresser ses tétons au moment où il se met à frissonner sous ses vêtements humides.

    Je lâche un « Oh, p*tain » bien sonore en me disant qu’il n’a jamais été aussi sexy. Je continue à observer les gouttes de liquide s’écouler le long de son cou, j’en ai le souffle coupé et lorsque ces dernières continuent leur chemin pour disparaître sous sa chemise je souffle un bon coup avant de tourner la tête et de surprendre le regard de Laem et Row posé sur mon petit ami.

    « Vous n’avez rien d’autre à faire à part reluquer ma femme, allez déguerpissez ! »

    Ils ne se font pas prier pour rapidement quitter les lieux me laissant la tâche de nettoyer les dégâts faits par la boisson. Ça me fait alors repenser au grelot, je me mets à quatre pattes sur le sol à sa recherche pour finir par le trouver sous le banc juste en dessous de Beam. Je l’attrape dans ma main et je me redresse en prenant appui sur mon genou droit au moment même où Beam me dit :

    « J’aime te voir à mes pieds, c’est assez ... » 

     Je lui réponds avec un sourire en coin :

    « Excitant ?! »

    « Non ! Surprenant, on dirait que tu fais ta demande en mariage en offrant un grelot comme présent de ton amour. » dit-il avec le sourire.

     Je souris à sa réponse et même si cette idée n’est pas à l’ordre du jour elle n’en reste pas moins présente dans mes projets d’avenir avec Beam, cela fait un peu plus d’1 an que nous sommes ensemble et nous envisageons depuis quelques semaines de prendre un appartement ensemble mais  on en n’a encore trouvé aucun qui soit à mi-chemin de nos facs respectives.

    Beam finit de se déshabiller ne gardant que son caleçon, une fois son pantalon et sa chemise récupérés je le pousse vers la douche avant d’ouvrir mon casier pour lui donner un drap de bain ainsi que de quoi se savonner.

    Une fois Beam sous la douche, je pose la chemise dans le lavabo avant d’en ouvrir le robinet, c’est là que la pression de l’eau me surprend par sa force, je me mets à crier :

    « P*tain ! »

     J’entends alors Beam me demander si ça va, je lui dis de ne pas s’inquiéter que j’ai juste été surpris par la force à laquelle l’eau est arrivée quand j’ai ouvert le robinet. Je ne peux m’empêcher de sourire au vu de la situation car je me retrouve à mon tour mouillé de la tête au pied. J’attrape mon t-shirt pour le faire passer par-dessus ma tête puis j’enlève mon jeans que je pose sur le banc à côté de mon t-shirt. En attendant qu’ils sèchent je m’attaque à la chemise de Beam en utilisant le savon sur le lavabo pour tenter de faire partir les traces de  thé. Je finis par y arriver et je souris tout fier de moi d’avoir réussi à récupérer sa chemise. Je m’allonge sur le banc en attendant que Beam sorte de la douche.

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     Quand enfin il sort, je garde encore les yeux clos un instant tentant de l’imaginer dans le plus simple appareil avant de les rouvrir pour découvrir que ma petite femme a les yeux posés sur mon corps. Je souris intérieurement en profitant de son inattention pour le reluquer à loisir, sa peau est encore légèrement humide, je le déshabille du regard m'attardant sur le drap de bain bleu qui drape ses hanches tout en suivant des gouttes d’eau qui tombent de ses cheveux pour glisser sur son torse et finir leur course sur le bord du drap de bain, sa couleur tranche tellement avec celle de sa peau qu’elle semble encore plus laiteuse qu’elle ne l’est d’habitude, je n’ai qu’une envie en cet instant c’est de goûter à sa saveur en y plantant les dents, je sens mon rythme cardiaque s’affoler rien qu’à cette pensée. Mon regard remonte alors sur son ventre plat puis sur ses abdominaux, je ne peux m’empêcher de déglutir sous l’émotion. En levant les yeux vers son visage, je vois dans son regard qu’il apprécie la marchandise qu’il est en train de regarder lui aussi car il se mordille à plusieurs reprises la lèvre inférieure sous l’émotion, ce geste provoque en moi une violente pulsion sexuelle que je ne peux refréner.

     

    Beam

    Une fois sorti de la douche je dévisage Forth, ses yeux sont clos, il est allongé dos au banc.

    (Bon je ne vais pas vous mener en bateau en vous disant que c’est un banc, on va dire que c’est l’intention qui compte.)

     

     

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     

     Il semble s’être assoupi tout juste vêtu de son caleçon bleu Calvin Klein, une jambe pliée sous l’une de ses cuisses pendant que l’autre touche le sol, sa tête repose sur ses bras, cette posture a le mérite de mettre en valeur chacun de ses muscles, partout où mon regard se pose que ce soit de ses bras à ses épaules musclées ou bien son torse puissant en passant sur ses abdominaux bien dessinés jusqu’à son ventre plat, tout n’est que plaisir des yeux, arrivé à son caleçon je ne peux m’empêcher de sourire en me disant qu’il dévoile plus qu’il ne cache le reste de son anatomie.

     Je décide de laisser mes yeux s’attarder sur sa peau dorée, elle me donne envie d'y poser ma bouche pour la lécher, j'en ai presque le souffle coupé et je ne peux m'empêcher de mordre ma lèvre inférieure rien qu'à cette pensée. Arrivé sur ses côtes de droite je regarde avec attention une partie du tatouage qui s’y trouve, je sais qu’il couvre une partie de son côté droit partant du haut de sa cuisse pour remonter vers ses côtes mais pour l’instant l’intégralité du tatouage m’est en partie caché par son sous-vêtement. Je passe ma langue sur mes lèvres en repensant à ce qui se cache sous son caleçon et de la façon dont Forth l’utilise pour me faire jouir à chaque fois.

     

    Forth

     Dès que sa langue sort de sa bouche pour venir humidifier le pourtour de ses lèvres je sens un désir d’une rare violence me submerger, c’est comme si chaque cellule de mon être était parcourue par une décharge électrique. Il ne m’en faut pas plus pour éveiller la bête en moi, c’est là que je me lève brusquement de mon banc sous le regard surpris de Beam, je l’attrape par les épaules et le pousse en arrière pour le faire à nouveau entrer dans la cabine de douche.

     « Quoi, qu’est ce qu’il y a ??? »

    « Rien, j’ai faim ! »

    « P*tain, Forth arrête ! »

    « Non ! »

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

     Une fois à l’intérieur je le fais pivoter pour le plaquer face contre la paroi du mur, je bloque ses bras par derrière d’une main pendant que j’attrape sa serviette de l’autre main, je tire d’un coup sec dessus avant de la jeter au sol afin de dévoiler l’objet de mon désir. Je me recule légèrement pour admirer son cul, il tente de se dégager, je le maintiens contre le mur carrelé en faisant glisser ma main droite sur son postérieur pour en pétrir le fessier, sous mes doigts  sa peau est douce et ferme à la fois, son cul me fait tellement d’effet que je sens mon désir pour lui grandir à vue d’œil et venir rapidement irriguer mon pénis, je baisse prestement mon caleçon d’une main, une fois en bas de mes chevilles je lève mes pieds l’un après l’autre pour me défaire de mon sous-vêtement que je pousse un peu plus loin du pied droit puis je passe ma bouche sur le haut de ses épaules pour en savourer le goût avant de libérer ses bras afin de venir frotter mon bas ventre contre son cul, en l’espace de quelques secondes mon sexe atteint son apogée.

     Beam essaie de se retourner à nouveau mais c’est peine perdue je suis déjà trop excité par la situation pour le laisser partir, j’accentue notre corps à corps, je peux vous sembler brutal dans mes gestes mais je connais assez ma petite femme et les limites à ne pas dépasser dans nos échanges un peu musclés.

     Il tente de me faire reculer d’un coup de rein au moment même où je pose mes deux mains sur ses hanches pour mieux sentir sa peau nue contre la mienne. J’approche ma bouche de son oreille, prêt à la mordre quand je change brusquement d’avis, mes dents viennent se planter dans son épaule droite, il laisse échapper un cri avant de me dire :

     « Ah ! Shia, ça fait mal Forth ! »

    Je ne m’arrête pas pour autant en l’entendant jurer.  

    « Arrête p*tain ! »

    J’explore son cou avec ma bouche remontant doucement vers son oreille pour la mordre, il gémit tout en me disant :

    « Arrête !  Je n’aime pas ça ! »  

     Je laisser glisser ma main droite plus bas vers sa verge, malgré ses propos je sens bien son désir prendre du volume entre mes doigts pour finir par palpiter au creux de ma main droite.

     « Ah bon ?! Tu ne vas pas me faire croire que la situation ne te fait aucun effet ?! »

    Je lui attrape le menton pour lui faire pivoter la tête vers moi et je viens coller ma bouche contre la sienne, il répond à mon baiser de façon passionnée alors je me recule pour lui permettre de se retourner.

     Une fois face à face il m’empoigne la nuque pour coller violemment sa bouche contre la mienne, j’entrouvre les lèvres pour lui permettre d’introduire sa langue en moi, nos langues s’entremêlent un moment avant qu’il mette fin à ce baiser pour attraper ma lèvre inférieure entre ses dents afin de la mordre sauvagement me faisant crier sous la douleur. Il profite de l’effet de surprise pour passer sa main libre autour de ma taille m’attirant brutalement contre lui afin de me faire pivoter et de me plaquer contre le mur, il lâche ma taille pour ouvrir le robinet, une fois sous le pommeau de la douche l’eau fraîche nous éclabousse  nous faisant  sursauter au moment où elle vient frapper nos corps nus, nous nous séparons quelques instants loin de cette eau froide,  il tend la main vers le robinet pour en régler la température nous permettant de nous glisser à nouveau cette fois sous un jet d’eau tiède. Je dévisage Beam en me rapprochant de lui pour lui murmurer au creux de l’oreille :

    « Il semble que ma petite femme a toujours autant de mordant ! »

     Il me répond d’une voix rauque :

    « Et tu as de la chance que je n’ai pas une dent contre toi. »

     

    Beam

    Je baisse un instant mon regard sur son tatouage pour en admirer les détails, au moment d’y mettre fin il m’est impossible de détacher mes yeux de celui du fauve, je me sens comme hypnotisé, on dirait qu’il prend vie devant moi, bougeant au rythme de la respiration de Forth, je n'ai qu'une envie c'est de le toucher du bout des doigts mais je m'abstiens de tout mouvement ne voulant pas rompre la magie que je ressens en cet instant.

    Les titans. Chapitre 1 : Un lutin pour Noël.

    Forth m’attrape la main pour la faire glisser sur sa hanche et frôler son tatouage avant de faire glisser ma main sur ses fesses musclées, je lève la tête vers lui et nous échangeons un baiser plein de fougue.

     

    Forth

    Nos mains parcourent nos corps en même temps que nos langues s’entrelacent goûtant à la saveur de nos bouches respectives à la limite de l’asphyxie, nous nous séparons un instant pour retrouver notre souffle, j’en profite pour lui incliner légèrement la tête et profiter d’un meilleur angle avant de passer ma langue sur ses lèvres. Beam entrouvre la bouche et laisse échapper un gémissement en sentant ma langue le pénétrer avec avidité pour explorer l’intégralité de sa cavité buccale. J’interromps ce baiser attendant de voir sa réaction, elle n’est pas longue à venir quand il s’empare de ma nuque pour m’inciter à recommencer.

     Ma main droite s’aventure plus bas vers son entrejambe pour y caresser la peau tendre se trouvant à cet endroit, je fais doucement glisser mon index et mon majeur sous ses testicules pour venir effleurer du bout des doigts son périnée à plusieurs reprises, il gémit doucement, je pose mes yeux sur son érection, elle s’en trouve grandement stimulée quand je vois son pénis se dresser presque à la verticale, je l’attrape d’une main en faisant glisser mon pouce sur son gland, Beam frémit sous la caresse alors  je continue à le frôler de mon pouce, je souris en sentant un liquide venir l’humidifier, je prends le lobe de son oreille entre mes dents pour le mordiller, il se cambre tout en s’accrochant à mon cou quand j’entends la voix de Laem m’appeler : "putain celui-là, il ne pouvait pas plus mal tomber ! " 

    « Ai’Forth ?! »

     Je regarde Beam en lui faisant signe de se taire mais c’est mal le connaître quand je vois un sourire se profiler à l’horizon et avant que je ne puisse l’empêcher il prend la parole, il est trop tard pour le faire taire sans dévoiler ma présence.

     « Ai’Forth n’est pas là ! »

     « Ah, c’est toi Doc ? » 

    « Oui, qu’est-ce qu’il y a ? » Beam ne me quitte pas du regard en disant ces mots.

    « J’avais une info à lui communiquer. »

    « Eum ! »

     Il semble que ma petite femme ait décidé de me provoquer, nous allons voir lequel de nous deux aura le dernier mot. J’augmente la pression de mes doigts sur son pénis tout en continuant mes va-et-vient, sa respiration se fait plus rapide, il se met à se racler la gorge plusieurs fois pour camoufler des gémissements qu’il ne peut réprimer en sentant mon pouce venir caresser son frein avant de glisser sur son gland humide de désir.

    « Hem, Hem »

    « Ça va Doc ? »

    « Oui… »

    « Alors ? Tu sais où il est allé ? »

     Beam lui répond que je suis sorti il y a quelques minutes pour aller lui chercher un truc à manger en même temps que sa main attrape mon pénis pour venir le caresser. J’approche ma bouche d’un de ses tétons et commence à le taquiner du bout de la langue avant de le prendre entre mes dents pour le mordiller doucement, Beam serre les dents pour s’empêcher de gémir et sa main empoigne un peu plus fort mon pénis sous l’émotion. C’est là que Laem répond :

     « Ah ? Ok !  

     Bon je te laisse tranquille, j’appellerai Forth tout à l’heure sur son téléphone. »

     

     Laem

    Je suis sur le point de partir quand je remarque le portable de Forth posé sur le banc à côté de ses vêtements. C’est là que je comprends ce qui se passe en entendant un gémissement venir de la cabine de douche, je décide d’en profiter un peu et de m’amuser de la situation quand j’entends Beam pousser un cri.

     

     Beam  

     Forth continue à taquiner entre ses dents un de mes tétons, sa bouche se fait plus agressive et me fait crier son prénom.

    « Forth ! ! »

     J’entends Laem dire :

     « Quoi ? »

     Dans quel bordel je suis allé me mettre, je suis en train de me demander comment me rattraper quand je finis par lui répondre :

    « Hem… Forth … avant… de partir … Forth m’a dit vouloir offrir la tournée à tout le monde demain soir ! »

    « Ok, c’est cool !  Dis-moi Doc, tu m’as bien dit que Forth était parti acheter à manger ?! »

     Je regarde Forth avec étonnement ne comprenant pas pourquoi Laem me pose à nouveau cette question quand il me répond :

    « Je te repose la question parce que je me demandais comment Ai’Forth avait bien pu sortir du bâtiment sans ses vêtements ni ses chaussures.

     Je sais qu’il est du genre exhibitionniste mais de là à se balader en caleçon dans la fac, j’en doute. »

     C’est là que Forth se met à l’insulter en lui disant :

    « Putain Ai’ Laem tu fais chier, casse-toi avant que je ne t’en colle une ! »

     Laem est pris d’un fou rire monstrueux en entendant la voix de Forth venir de la cabine de douche, on l’entend être pris d’une quinte de toux avant qu’il ne nous dise de le retrouver dehors sur le parking quand nous aurons fini de nous amuser, puis le bruit d’une porte claque bruyamment nous confirmant son départ.

     Je regarde Forth, malgré le ton qu’il a utilisé contre Laem je vois bien que tout ça l’a plutôt amusé et loin de le refroidir la situation semble lui avoir donné encore plus de vigueur quand mes yeux se posent sur son pénis, de mon côté par contre je dirais que la conjoncture actuelle serait plutôt… à la baisse, mais c’est sans compter l’appétit sexuel de mon très cher mari.

     Son regard s’attarde sur mon sexe avant de le lever vers moi pour me dévisager, mon pouls s'accélère sous son intensité, il est avide de gourmandise, il baisse la tête et vient couvrir ma peau humide de baisers, passant sa langue sur l’un de mes tétons pour continuer son chemin afin de  goûter le reste de ma peau, il s’attarde sur mes côtes puis près de mon nombril pour  enfin venir lécher mes abdominaux, sa bouche parcourt ma peau humide et frissonnante de désir puis elle s’aventure sur mes hanches pour les mordiller, il se baisse pour se mettre à genoux entre mes jambes tout en ayant les épaules ainsi que le bas du corps frappés par le jet d’eau. Il attrape mon pénis d’une main, l’approche de sa bouche afin de lui prodiguer « les premiers secours » d’abord du bout des lèvres, cette caresse me fait frémir quand elle effleure mon gland puis mon méat à plusieurs reprises, sa langue prend la relève en venant le lécher, je sens une décharge me parcourir le bas ventre et mon sang affluer pour venir l’irriguer.

     Forth finit par le prendre dans sa bouche, mon sexe retrouve de la vigueur sous cette caresse quand il commence à le sucer, d’abord lentement puis en accélérant la vitesse le faisant presque se retirer entièrement de sa bouche pour mieux l’avaler à nouveau, ma respiration se fait plus saccadée quand il se met à le lécher, sa langue est chaude, humide et si agile que quand elle se met à lécher mon gland j'avance mon bassin pour en approfondir la caresse, je sens un frisson me parcourir le corps et se répandre le long de mes reins jusqu'en bas de mes fesses. Forth continue à faire des va-et-vient sur mon sexe pendant qu’une de ses mains pétrit mes fesses avec vigueur. Je passe mes mains dans ses cheveux pour m’y agripper.

    « Ahh....... » est le seul son qui s'échappe de ma gorge.

     Je tressaille sous l'intensité du désir en appuyant ma tête contre le carrelage tout en fermant les yeux pour finir par la projeter en arrière en lâchant un long gémissement.

    « Ahhhhh ........ »

     Mes abdominaux se contractent sous la caresse de sa bouche qui aspire avec gourmandise mon pénis. Sa main gauche se fraie un chemin entre mes fesses en les écartant du bout des doigts afin de venir en caresser l’orifice, je pousse un petit cri de surprise en sentant un doigt l’effleurer à plusieurs reprises, il palpite sous ce stimuli.

     Sa main droite empoigne fermement la base de mon pénis pour venir y déposer les lèvres avant de les passer sur mon gland l’encerclant de sa bouche humide, son autre main finit par descendre vers mes testicules, deux de ses doigts stimulent cette zone puis glissent plus bas encore pour venir caresser celle se trouvant près de mon orifice, je gémis fortement.

    « Ahhhh !!! Ahhh .......... »

     

    Mes jambes se mettent à trembler, j'ai du mal à tenir debout, je continue à gémir sous les caresses de sa langue et quand elle passe délicatement sur mon frein à plusieurs reprises, je pousse un nouveau râle, c'est si intense que s'il continue je vais finir par jouir dans sa bouche.

     

    Forth

    Beam se met à respirer de façon de plus en plus bruyante, sa poitrine se soulève et s’abaisse au fur et à mesure que sa respiration se fait laborieuse. Il penche la tête vers moi pour me regarder dans les yeux en gémissant pendant que ma bouche accélère le mouvement de sussions sur sa queue. Je remarque qu’il n’est pas loin de jouir quand je vois tout son corps se crisper sous l’orgasme.

    « Ah… ah… je vais… ah. »

    Il n’a pas le temps de finir sa phrase qu’il éjacule dans ma gorge, j’avale rapidement sa semence et je libère doucement son membre de ma bouche avant d’y passer un coup de langue pour en recueillir la dernière goutte de sperme puis je me redresse en m’essuyant les lèvres du plat de la main avant de venir coller ma bouche contre la sienne, il gémit en goûtant le fruit de sa propre jouissance.

     

    Beam

    Sa langue prend possession de la mienne et je ne peux m’empêcher de gémir en sentant le goût légèrement sucré de mon sperme dans ma bouche quand nous échangeons notre salive. Il interrompt un instant nos baisers pour m’attraper la main gauche et la poser sur son sexe dur puis il la couvre de la sienne et tout en me guidant commence à lui imposer son rythme, d’abord doucement puis de plus en plus vite, sa respiration s’en trouve accélérée, je sens sa main gauche glisser dans mes cheveux pour les caresser puis elle descend vers ma nuque pour s’y agripper, il approche son visage du mien, je sens son souffle chaud contre ma joue, je frissonne quand il approche ses lèvres de mon oreille, il m’attrape le lobe entre les dents pour le mordiller doucement avant de me dire entre deux inspirations :

    « Mords-moi…! »

    Il réitère sa demande en gémissant, je place alors ma bouche à la base de son cou pour l’embrasser du bout des lèvres avant d’en sucer la peau langoureusement, je sens Forth frissonner tout contre moi pendant que nos mains augmentent la vitesse de leur va et vient, quand enfin j’y plante les dents il penche la tête sur le côté m’offrant ainsi plus facilement accès à la peau tendre de son cou, je me mets à la mordiller d’abord doucement puis avec un peu plus de force, à chacune de mes morsures ses gémissements prennent de l’intensité.

    Au moment où j’appose ma marque une dernière fois sur sa peau, tout son corps se raidit, il lâche un puissant râle avant de jouir dans ma main, je sens alors un liquide chaud et poisseux venir humidifier la paume de ma main, son souffle est encore saccadé quand il pose sa tête tout contre mon épaule cherchant à retrouver son souffle. Il lui faut un certain temps avant de voir sa respiration revenir à la normale. Une minute après avoir retrouvé son calme il lève la tête vers moi et vient poser ses lèvres sur les miennes, nous échangeons un dernier baiser passionné avant de nous déplacer à nouveau sous le pommeau de douche pour finir de nous laver. Je souris en me disant que ce début de soirée m’a ouvert l’appétit et que je ne serais pas contre de réitérer l’expérience un peu plus tard dans la soirée.

    Une fois habillés nous récupérons nos affaires et sortons des vestiaires pour aller rejoindre un certain trouble-fête qui nous attend sur le parking.

     

    Fin.   

     


  • Commentaires

    3
    Jeudi 2 Janvier à 19:45

    Mon thé avec moi, je m'installe tranquillement, j'enclenche la play-liste (excellente, soit-dit en passant ! cool) et j'entame  ma lecture. Çà commence bien puis tout à coup...eek...mais qui vois-je ?? : "Borat, qu'est-ce que tu fais là ??" ohbeurk ...et là, j'ai recraché mon thé (sans mauvais jeu de situation he) sur mon pauvre ordi qui n'a pas trop apprécié cette douche forcée ! sarcasticno

    Mais bon, tout fini bien, je vous rassure, et mon ordi et moi nous remettons doucement de ce 1er choc de nos beaux , voir très beaux Titans ! glasses

    Merci pour cet excellent 1er chapitre ! intello

      • Vendredi 3 Janvier à 13:24

        lol, je te comprends car quel chapitre ! hecool

        Merci pour ton retour et je patienterai clownyes

      • Vendredi 3 Janvier à 12:42

        Bonjour Claire7844,

        Ah cracher sur son ordi, je connais bien, j'ai failli causer la mort prématuré du mien en Août de l'année dernière avec la mini série estivale que nous avait trouvé Amenot "Surf 101: Intro to romance" moi cette fois-ci c'était le café, depuis je prends mes précautions.

        Sinon je suis allé voir qui était ce Borat et je comprend mieux la référence, pour ma part je voulais juste en mettre plein les yeux ;)

        Par contre il risque de ce passer pas mal de semaines avant que je ne réécrive sur les Titans, ces deux là m'on épuisé, je n'avais jamais écrit un chapitre aussi long, et pour l'écrire j'ai du mettre de côté d'autres projets qui me tiennent à cœur. Donc je vais me focaliser sur eux maintenant.

        Passe une bonne journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :