• Il va me rendre fou ! Chapitre 28 : La cravate ! (18+)

                                                                                                                                                                

                                                                                                            « Slave » en français veut dire esclave 

    Kit

     Le lendemain soir de nos retrouvailles à Ming et moi, Pha nous propose de ressortir tous ensemble pour fêter cet événement en allant boire un verre dans notre bar habituel. C'est vraiment agréable de se retrouver à nouveau tous les six à la même table cela n'était pas arrivé depuis plus de huit semaines si l'on fait abstraction de hier soir.

    La fête bat son plein et les bouteilles sont vite descendues, j'en suis à mon cinquième verre d'alcool quand Ming m'empêche de me resservir un autre verre, il me dit que j'ai assez bu pour ce soir et qu'il est préférable qu'il me ramène au dortoir. Je le laisse faire me sentant toujours coupable envers lui.

    Nous disons au revoir à nos amis puis quittons le bar et nous dirigeons vers sa voiture.

     Je me réveille dans la voiture de Ming au moment où celui-ci coupe le contact de son véhicule. Je le regarde tout étonné quand je réalise qu'il vient de se garer devant son appartement, il défait sa ceinture de sécurité puis la mienne  et sort précipitamment de la voiture, en fait rapidement le tour, m' ouvre la porte, m'attrape le poignet, me sort de la voiture avant de la verrouiller avec la télécommande tout en marchant d'un pas décidé vers l'entrée de son immeuble.

     Je pensais qu'il allait me déposer chez moi vu qu'il m'a dit être encore un peu fâché contre moi pour avoir douté de son amour, je lui ai pourtant demandé de me pardonner un nombre incalculable de fois depuis nos retrouvailles mais il s'est obstiné à ne pas les accepter et je n'arrive toujours pas à savoir s'il est vraiment sérieux ou bien si c'est sa façon de m'asticoter pour me punir de mon manque de confiance en lui et en notre amour.

     Dans l'ascenseur qui nous mène au 5ème étage, il me plaque contre une des parois et m'embrasse avec tellement de passion que je suis à deux doigts de manquer d'air sous ses baisers.

     Je suis heureux, il ne semble plus être fâché contre moi et pour une fois je remercie mon karma pour m'avoir insufflé l'idée que ce soir pourrait bien être le soir de nos retrouvailles après ces deux mois de séparation et je suis aussi soulagé d'avoir fait ce qu'il fallait en prévision de nos ébats amoureux.

     L'ascenseur s'arrête et les portes s'ouvrent mettant fin à nos baisers, nous sommes arrivés à son étage. Une fois dans son appartement une pluie de baisers m'assaille à nouveau, je dois faire preuve d'une certaine violence physique pour me séparer de lui et lui dire :

    «  Laisse-moi respirer Ming !

     Je suis là, à moins que tu ne m'attaches au lit je ne vais pas m'enfuir ! » 

    Et là qu'est-ce que je n'ai pas dit quand je croise son regard.

    « Ah ! En voilà une de bonne idée ! » Dit-il en riant avec une lueur de défi dans le regard.

    « N'y pense même pas ! »

     Je le défie du regard en espérant que cela suffira à couper court à nos échanges verbaux et je dis tout bas :

     « Mais  quel idiot tu fais Kit, réfléchis un peu avant d'ouvrir ta grande bouche ! »

     Je le laisse s'approcher de moi et quand il pose sa bouche tendrement sur la mienne je me sens à nouveau détendu et je me laisse aller dans ses bras.

     Il m'enlève rapidement ma chemise et mon pantalon, ne laissant que mon boxer et quand je tente d'enlever ma cravate il me dit de la laisser, m'attrape par le poignet et tout en m'embrassant me guide jusqu'au lit.

     Une fois allongé sur le lit il grimpe sur moi et me bloque les jambes avec les siennes. Il me regarde intensément avant de m'embrasser à en perdre haleine. Il m'enlève finalement ma cravate qu'il pose sur le coussin à côté de moi puis m'embrasse à nouveau, sa bouche prend possession de la mienne pour en explorer chaque recoin, sa langue qui impose son rythme à la mienne me rend fou de désir, il interrompt notre baiser pour venir mordiller le lobe de mon oreille puis le sucer pour s'attaquer ensuite à mon cou qu'il sait être l'une des zones les plus sensibles de mon corps, je sens une décharge électrique traverser ma colonne vertébrale pour finir sa course entre mes reins et irradié mon bas ventre.

     Il m'attrape les poignées qu'il tient fermement au-dessus de ma tête tout en continuant de mordiller la peau tendre de mon cou, pris dans la passion de notre étreinte je ne réalise que trop tard que Ming m'a attaché les poignées aux barreaux du lit avec ma cravate.

    Il va me rendre fou ! Chapitre 28 : La cravate ! (18+)

    « Mais qu'est-ce que tu fais, aller détache-moi, s'il te plait Ming !»

    « Non ! »

     Je tente de me détacher et tire sur mes liens mais rien à faire, il m'est impossible de me libérer.

    « Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures alors libère-moi ! »

    « Kit mérite une punition pour ne pas avoir eu confiance en son mari ! »

    « Si c'est une plaisanterie, elle est de très mauvais goût et je me suis déjà excusé à plusieurs reprises auprès de toi !»

    « Oui c'est vrai mais je voudrais que tu aies entièrement confiance en moi ! »

    « Mais j'ai confiance ! »

    « Alors prouve-le moi, donne-toi à moi sans réserve ! »

     Je rougis fortement à ses mots, il me regarde intensément attendant ma réponse et c'est là que je repense à tout ce qu'il a fait pour me protéger ces dernières semaines et ce qu'il a aussi enduré physiquement par amour pour moi allant même jusqu'à se faire volontairement frapper par Pha à plusieurs reprises pour rendre sa couverture encore plus crédible aux yeux de Cherry.

     Je finis par acquiescer de la tête n'osant pas ouvrir la bouche de peur d'entendre ma voix trembler sous l'émotion.

                                                                                            

    Ming

     Je joins mes lèvres aux siennes et l'embrasse avec fougue puis ma main se glisse sous sa nuque pour l'attraper et la lui incliner un peu plus afin d'approfondir notre baiser.

     Je laisse courir ma langue sur son corps puis me met à souffler doucement sur les zones humides que je viens de lécher, sa peau se couvre rapidement de frissons, je remonte à nouveau vers sa bouche pour en mordre doucement sa lèvre inférieure, ma bouche s'attaque à la peau tendre de son cou et mes dents se mettent à en mordiller la peau fine, tout son corps se crispe jusqu'à ses doigts de pieds qui se raidissent sous le plaisir, ses gémissements ne sont pas longs à venir et je me délecte de les entendre à nouveau.

    « Hmmm... ! »

    « Ahhhhhmm... ! »

     Je poursuis mon exploration encore plus au sud m'attaquant à ses tétons dressés, ma bouche en attrape un, le lèche avec gourmandise, ma langue continue à jouer avec l'extrémité et quand je me mets à le sucer goulûment je sens frémir le corps de Kit, je fais de même avec l'autre en l'aspirant entre mes lèvres pour le taquiner sous ma langue, je regarde son visage, ses yeux sont clos, il se mordille à nouveau la lèvre inférieure pour retenir son gémissement, sa poitrine se soulève à un rythme saccadé, je continue mon exploration avec ma bouche en descendant plus bas, je finis par lui enlever son boxer, son pénis est déjà en érection, je m'arrête pour lever la tête vers lui et croise son regard, je devine qu'il n'a qu'une envie c'est que je prenne son sexe dans ma bouche mais je me contente juste de souffler dessus et de le voir frémir sans rien faire de plus, je devine qu'il est frustré et je suis satisfait de la tournure que prend ma punition.

    « Pas maintenant Kit ! »

    « Pourquoi......... ? » dit-il d'une voie roque.

    « Ce ne serait plus une punition si je faisais ce que tu voulais ! »

     Il serre la mâchoire sans rien dire et je savoure ce moment même si je sais que ce silence est lié à sa culpabilité.

     Je continue à jouer avec ma langue sur sa peau laiteuse, je caresse son aine puis m'attaque à l'intérieur de ses cuisses sans jamais toucher son sexe, Kit décolle ses fesses du lit à plusieurs reprises pour tenter de frôler son sexe contre ma bouche mais toutes ses tentatives se soldent par un échec, je continue à couvrir son corps de baisers et de morsures jusqu'à ce qu'il me dise entre deux gémissements :

    « Ah.....»

    « Je n'en.... hm.... peux... plus...» 

     Je finis par attraper son sexe, ma bouche l'avale et je commence un mouvement de va et vient, ma langue effectue des ronds sur la base de son gland et quand elle passe sur son frein, il se cambre à nouveau, ses fesses se soulèvent du lit quand je sens sous ma main la zone plus au sud se crisper je lâche son pénis.

    « Non.......... ! »

    « S'il te plait... Continue..! »

     Je recommence mon petit jeu plusieurs fois en reprenant dans ma bouche son sexe qui palpite sous la caresse de ma langue pour m'interrompre quand je sens qu'il est sur le point de jouir.

    « Ahhh..... Nonnnn...... En... core...»

    « Encore... Ming... ah... un peu... plus........ Non... n'arrête pas !!»

     Ses cris de frustrations et de plaisirs sont comme une drogue pour moi, plus il me supplie et plus mon désir pour lui augmente, j'ai l'impression que je vais devenir fou, ses gémissements alimentent encore plus le feu qui brûle en moi. Je remonte vers lui pour l'embrasser et décide de passer à la vitesse supérieure me sachant exciter au plus au point et n'étant plus sûr d'arriver à tenir la distance.

     Je m'approche de son oreille et lui chuchote :

    « Tu me rends fou Kit !»

     Il me répond entre deux respirations saccadées :

    « Toi... aussi... !»

     Je me déshabille, une fois libéré de ses entraves mon pénis se dresse fièrement sous les yeux de ma petite femme. Je me dirige vers la salle de bain et en revient avec une boite de préservatifs, du lubrifiant ainsi qu'une serviette.

     Je me replace entre ses jambes pour étaler le lubrifiant sur son pénis et entre ses fesses, il frissonne au contact du gel. J'attrape son sexe d'une main et de l'autre je frôle son entrée du bout du doigt, Kit se tortille de gauche à droite pour échapper à ma caresse.

     Je fais glisser ma main gauche sur toute la longueur de son pénis en faisant des mouvements plus ou moins rapides de haut en bas en m'adaptant à ses gémissements, mon autre main n'est pas restée inactive, un premier doigt est déjà entré dans son conduit étroit et par des petits mouvements circulaires en élargie l'entrée.

    « Hmm... Ah... !»

     Kit se cambre et gémit quand j'intensifie le mouvement de mon doigt à la recherche de son point P, entre deux de ses gémissements mes deux autres doigts finissent par suivre le même chemin, au bout d'un petit moment  je finis par trouver ce que je cherchais quand tout son corps se crispe, ses poings se serrent malgré les liens qui l'entravent jusqu'à ses doigts de pieds, ses cuisses sont prises de tremblements, il halète et incline la tête en arrière, sa respiration se bloque avant de lâcher un gémissement si intense qu'il m'est difficile de ne pas jouir en l'entendant, il finit par éjaculer dans ma main en criant mon prénom et même après son corps continue d'être pris de soubresauts, sa respiration reste haletante avant de finir par retrouver son rythme normal. Je prends alors la serviette, essuie mes mains puis son corps luisant de transpiration ainsi que la preuve de sa jouissance.

     J'enfile le préservatif sur mon sexe, il est tellement dur qu'il en devient douloureux, ce petit jeu est finalement une punition à double tranchant mais je dois avouer que je n'ai jamais été dans un tel état d'excitation.

     Je détache le nœud qui le retient aux barreaux du lit mais pas celui qui entrave ses poignées, je le fais pivoter et l'installe sur mes cuisses en passant ses bras autour de mon cou, je fais glisser nos corps tout près du bord du lit, Kit encercle ma taille avec ses jambes et nous ne nous quittons plus du regard puis il approche sa bouche vers la mienne et nous échangeons un baiser passionné.

     Tout en le soulevant à bout de bras, je lui écarte les fesses et le fait descendre sur mon sexe pour l'empaler avec, sa tête part en arrière et un gémissement des plus intenses sort du fond de sa gorge.

    « Hmmmmm... !»

     Je commence un va et vient en le tenant par la taille et tout en m'appuyant sur le sol avec mes pieds je le soulève pour le faire redescendre encore et encore, il se met à bouger les hanches joignant son mouvement au mien, son sexe vient frotter contre mon ventre au rythme de nos deux corps, je passe à plusieurs reprises le bout de mes ongles sur le bas de ses fesses puis tout le long de son dos, sa peau se couvre une nouvelle fois de frissons et quand mes mains arrivent à nouveau en bas de son dos elles attrapent ses fesses pour les pétrir.

     Le mouvement de mes hanches s'intensifie puis mes mains s'agrippent à ses épaules pour le pénétrer plus en profondeur, quand je touche sa prostate à nouveau, il se mord la lèvre inférieure jusqu'au sang pour retenir son cri, je lui susurre à l'oreille :

    « Tu es pardonné, alors laisse-toi aller.»

     Mes mots semblent être une libération pour Kitty car à peine les ai-je murmurés à son oreille, qu'un son des plus exquis sort de sa bouche et se fait entendre dans la pièce, je sens ses cuisses et ses mollets se crisper autour de ma taille puis tout son corps se met à trembler, je comprends qu'un deuxième orgasme est en train de le submerger, je sens moi aussi que je ne vais plus durer très longtemps quand je sens son conduit étroit et chaud enserrer mon sexe, j'accélère le mouvement et finis par jouir en lui.

     

    Kit

     Ming défait mes liens, une légère marque rose encercle mes poignées comme si je portais un bracelet, je ne sens plus mes bras ni le reste de mon corps, comme à son habitude je le laisse me rafraîchir avec un gant de toilette humide et chaud puis me sécher. Il utilise ensuite une huile décontractante à base d'arnica pour détendre mes muscles endoloris, je m'endors sous ses massages.

     Je suis réveillé par l'odeur alléchante de mon plat préféré, j'ouvre les yeux, Ming est en train de mettre les couverts sur la table. Me voyant réveillé il s'approche de moi pour déposer un tendre baiser sur mon front et me demande comment je vais.

     « J'ai mal partout mais ton massage a fait des merveilles, je me sens détendu malgré "la punition "que tu as infligé à mon corps.»

     Il sourit au mot punition et me demande :

     « Tu peux aller te doucher, en attendant, je finis de préparer la table.»

     Au moment de sortir des draps je réalise que je suis en pyjama et cela me surprend. Une fois debout je grimace un peu et quand je vois mes vêtements à terre tout froissés, je râle en disant que je n'ai plus rien à me mettre.

     Ming sourit et se dirige vers la commode près du lit, il ouvre le tiroir de milieu et en sort un boxer et une paire de chaussettes, je n'ai pas le temps de répondre qu'il me dit :

     « Je les ai achetés pour toi !»

     Il se retourne et fait coulisser la porte droite du placard et me montre une petite pile de t-shirts, deux autres pyjamas identiques à celui que je porte puis deux chemises ainsi qu'un pantalon et deux bermudas, le tout rangé sur des cintres.

     Il me décroche un de ses sourires ravageurs avant de me dire :

     « Je ne serais pas un bon mari si je ne prenais pas soins de ma petite femme !» Dit-il en finissant sa phrase par un  regard intense.

     Mon cœur se mets à battre plus vite à la vue de ce regard, c'est comme si ces dernières semaines de souffrance n'avaient pas existé, mes yeux se mettent à me piquer, je sens ma vue se brouiller avant de sentir les premières larmes couler sur mes joues. Me voyant pleurer Ming me prend dans ses bras et me demande si j'ai très mal, je lui réponds que ce sont des larmes de joie alors il me sourit.

     Je vais me doucher rapidement puis nous passons à table. Au moment du dessert Ming me sort du frigo deux petites tartelettes à la mousse de fraises, il m'en tend une et me demande d'ouvrir la bouche, je le regarde d'un air dépité.

    « Tu me prends pour qui là, pour une midinette ?!»

     C'est là qu'il me fait son regard de chien battu, je ne peux résister à son petit air malheureux et j'ouvre la bouche, au moment de mettre la tartelette dans ma bouche il l'esquive au dernier moment et il me sort sans complexe :

     « Oups ! Je n'ai pas fait exprès !»

     Mais je vois bien à son regard qu'il me taquine encore, je lui prends la tartelette de la main et décide de la manger sans son aide. Il me regarde intensément et je lui demande ce qu'il regarde, il me dit qu'il veut manger de la mousse à la fraise, je lui tends donc ce qui reste de ma bouchée et là il me répond :

     « Non !»

     Je le regarde sans rien comprendre puis il me dit :

     « Je parlais de la mousse sur tes lèvres.»

     Je me dépêche de passer ma langue sur mes lèvres pour en faire disparaître les traces de mousse et c'est là qu'il rajoute :

     « Ce que j'aime cette langue, c'est si excitant !»

    Je fronce les sourcils en faisant la moue, c'est là qu'il me dit :

    « Ta bouche est sexy aussi quand tu fais cette tête.»

    Et c'est sans réfléchir que je lui sors :

    « Pfff, mon cul oui !» 

    « Oui ton cul est sexy aussi mon Kitty !»

      Je lui réponds :

     « Shia Ming, tu n'es qu'un obsédé. »

     Il me regarde d'un air choqué en me disant :

     « Moi ?! J'ai juste une envie soudaine de...» et en voyant son regard se pose plus bas vers mon entrejambe  je le coupe en lui disant :

     « Tu es un porc ! »

     Il ne lui en faut pas plus pour venir coller sa bouche contre la mienne avant de me dire :

     « Tu connais le dicton... » Je ne le laisse pas terminer sa phrase et colle à mon tour ma bouche sur la sienne.

     Après vous connaissez la chanson, jamais deux sans trois ! XD.

                                                                                                 Après vous connaissez la chanson, jamais deux sans trois ! XD

     

     

     À suivre...

     

                                                                                           


  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Décembre 2019 à 10:44

    "Et bien, et bien, cher Ming, tu es assurément un très bon amant !"  yescool  "Tu peux aussi laisser libre les poignets de ton partenaire car la confiance n'est pas une question de "domination" mais de Respect" !  clown"Et mon cher "Kittinet" he, sous tes faux airs de "prudes", tu sais comment allumer la flamme de ton homme" !!! ^^winktongue

    Bravo pour ce magnifique chapitre de leurs retrouvailles et ces 2 mois, sans pouvoir se toucher, leur ont permis de ressentir la plus intense des unions que seuls des corps consentants peuvent créer ! Comme quoi, ne pas "aller au lit" intello tous les jours , çà peut faire des miracles ! wink2  Tiens, quelqu'un devrait inventer un récupérateur de cette incroyable énergie d'amour car l'être humain a un sacré potentiel à ce niveau là , lol ! glasses

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :