• Il va me rendre fou ! Chapitre 16 : Songkran

     

    Chapitre 16 : Songkran

     Cette année nous avons décidé tous les six de participer à Songkran, c'est la première fois que je suis motivé pour le faire, je n'aime pas la foule et être bousculé à droite et à gauche mais je me sens en sécurité dans notre petit groupe.

     On s’est tous donnés rendez-vous en bas de notre réfectoire. Tout le monde est équipé de pistolet à eau de différentes sortes, Ming a un petit modèle dans la main, un peu comme le mien, je suis surpris de son choix je m'attendais à ce qu'il se pointe avec un modèle de compétition comme celui de Beam ou de Forth, vous savez les modèles qu'il faut empoigner à deux mains ( attention je ne fais pas du tout allusion à une autre sorte "d'arme " mais si vous voulez un petit détail croustillant sachez que mon très cher mari possède un calibre plutôt impressionnant, pourquoi me direz-vous je me lâche un peu en parlant de notre vie intime à Ming et moi, vous n'avez qu'à continuer à lire.)

     Je suis content qu'il ait fait ce choix, en cas de problème une de ses mains sera disponible. Il me regarde puis m'attrape la main et dit :

     « C'est pour pouvoir faire ça, je sais que tu n'es pas à l'aise avec la foule, tu n'auras qu'à me donner la main si ça ne va pas. »

     Comme à son habitude il lit dans mes pensées.

     On entend glousser et siffler derrière nous, c'est nos amis qui nous chahutent. Je veux enlever ma main de celle de Ming mais il ne me lâche pas, je décide de le laisser faire pour cette fois, j'envie sa façon d'être à l'aise et de réussir à faire en public tous ces petits gestes d'affection qu'il me donne, depuis le début il n'a jamais caché son amour pour moi que ce soit dans son discours envers les autres ou par des gestes de tendresse, pour lui notre amour n'a rien de choquant et si je ne le retenais pas parfois à l’extérieur je crois qu'il pourrait le crier au monde entier, moi je préfère donner libre court à mon amour pour mon homme en privé et c'est pour ça que j'ai décidé sans lui en avoir parlé que ce soir, ce serait le fameux soir où nous passerions à la vitesse supérieure.

     Oui vous avez bien compris, les baisers et les caresses c'est bien mais depuis quelques temps j'ai du mal à résister à ses caresses qui deviennent plus intense, j'ai donc décidé que ce soir serait « le grand soir » (je sais, vous balancer l'info comme ça peut en choquer plus d'un, surtout faites comme si vous ne le saviez pas, ok ?! Bonne lecture.)

     Arrivé dans la rue principale nous commençons à nous asperger joyeusement. De gros barils bleus remplis d’eau sont positionnés tout le long du trottoir de la rue principale afin de permettre aux participants de se réapprovisionner facilement en eau. La foule grandit au fil des heures pour arriver à un stade où il est difficile de se mouvoir pour avancer, j'attrape la main de Ming, il entrelace ses doigts aux miens et nous continuons à avancer doucement tout en aspergeant nous aussi les personnes qui nous entourent.

     La fête bat son plein, entre les jets d'eau et les cris de joie c'est la folie, à un moment je suis pris dans une bousculade qui me fait lâcher la main de Ming, je me sens alors pousser dans une impasse quand je réalise rapidement que ce n'est pas la foule qui me pousse mais deux hommes.

     Je me retrouve dans l'incapacité de revenir dans la rue principale car ils m'empêchent d'avancer et quand je croise leurs regards, je comprends que leurs intentions à mon égard sont mauvaises et c’est la peur au ventre que je me mets à reculer dans l’impasse pour tenter d’éviter ce premier contact qui malheureusement arrive trop vite. L’un deux arrache mon pistolet à eau et le jette au loin puis m’attrape par les épaules et me plaque violemment contre le mur, je me débats, cherchant à me libérer à tout prix de cette étreinte fatale, je tourne la tête vers la foule dans l'espoir d'apercevoir Ming ou un de mes amis puis je tente d’appeler à l’aide mais ma gorge est tellement serrée par la peur qu’aucun son ne vient et quand finalement il en sort un, celui qui me maintient me bâillonne de sa main et c’est avec les dernières forces qui m’habitent que j'arrive à libérer ma bouche et à le mordre. Je me mets ensuite à crier le prénom de Ming mais les cris de la foule emportent mon appel à l'aide. Je suis pris d’une terreur indescriptible quand je sens mes jambes flancher sous l’émotion.

    Ming 

     Je me retourne, je ne vois plus Kit derrière moi et pourtant il y a une seconde je lui tenais la main et la seconde après il n'est plus là. J'interpelle Forth à côté de moi et lui dit en criant que je retourne en arrière chercher Kitty et je rebrousse chemin. À un certain moment je me retrouve aspergé par les pistolets à eau de plusieurs filles, je frissonne sous le contact de l'eau, elle est glacée, je déteste ça quand des petits malins ou plutôt quand des petites malines s'amusent à ajouter des glaçons dans le réservoir de leurs pistolets. Je les vois sourire tout en regardant mon t-shirt blanc me coller à la peau, il ne cache rien de mon anatomie, elles lèvent les yeux vers moi et croisent mon regard ce qui met fin instantanément à leurs sourires, elles se dépêchent de s'éloigner pour rejoindre la foule qui avance.

    Kit

     Celui à qui j'ai mordu la main me gifle le visage et quand il est sur le point de recommencer, l'autre l'en empêche, il lui dit quelque chose à l'oreille mais avec le bruit de la fête je ne comprends que quelques mots.

     « ......... elle ............ »

     « .... faire peur ................ amuser un peu ............................... »

    Je profite de leur inattention pour appeler encore à l'aide et je me mets à crier le prénom de Ming tout en tentant à nouveau de me libérer.

     

    Ming

     J'arrive finalement à retrouver Kit quand je l'entends m'appeler à l'aide. Il se trouve dans une impasse où il est acculé contre le mur par deux hommes,  cherchant tant bien que mal à s'échapper.

     Cette scène qui se déroule sous mes yeux me mets hors de moi, voir Kit aux prises avec ces deux agresseurs fait "bouillir "mon sang. Je jette au sol mon pistolet et avance vers Kit mais l'un de ses agresseurs m'ayant entendu arriver se retourne et lance un de ses poings vers moi, je l'évite facilement puis je me mets en position défensive près à parer ses attaques quand je comprends très vite que ce mec s'y connait assez en Muay Thaï pour arriver à me toucher si je ne réagis pas très vite, je décide donc d'attaquer.

     

    Kit 

     Grace à ses techniques de Muay Thaï Ming évite une grande partie des attaques de son adversaire même si celui-ci à l'air de maîtriser certaines autres techniques de combat. Ming mène le jeu, la puissance de sa jambe droite fait mouche à chaque fois sur la hanche de son adversaire ainsi que dans son abdomen grâce à ses coups de genoux vigoureux, voyant l'issue du combat tourner à son désavantage son acolyte m'assène un coup de poing dans le ventre avant de me lâcher pour venir en aide à son ami. La puissance de ce coup m'a coupé le souffle et je tombe à genoux, je reste dans cette position essayant de retrouver une respiration normale. La bagarre prend une autre tournure quand mon agresseur se penche et attrape une bouteille en verre dans l'impasse, la casse sur le mur et se dirige vers Ming.

     Je regarde Ming, il n'a rien vu et c'est tant mieux, je pense que sinon cela l'aurait ébranlé. J'arrive à me relever et voyant le danger, je cri le prénom de Ming, il tourne alors la tête vers moi, nos regards se croisent, c'est à ce moment-là que celui qui tient le tesson de bouteille en profite pour s'approcher de lui et viser sa tête, voyant la peur dans mes yeux il tourne un instant le visage vers la droite et rentre en contact avec le verre, la douleur lui fait pousser un cri mais il arrive à désarmer son adversaire et le tesson fini par terre en milles éclats. Sa blessure à l'œil doit vraiment lui faire mal car elle lui fait perdre sa garde, c'est là qu'un des agresseurs en profite pour lui asséner plusieurs coups de poing du côté droit au niveau des côtes. J'entends alors quelqu'un crier nos prénoms, c'est Forth.

     Arrivé sur les lieux de la bagarre, il se précipite à la rescousse de Ming et arrive à éloigner un des gars en l’attrapant par les épaules pour le faire reculer sur le côté pour mieux lui asséner un coup de pied si violent dans le ventre que celui-ci finit par terre à moitié inconscient. L'issue du combat tourne à nouveau à notre avantage et l'autre assaillant comprenant ça met fin au combat, se penche pour aider son collègue à se relever puis l'entraîne avec lui au milieu de la foule pour finalement disparaître de notre champ de vision.

    Je ne vois pas Forth ramasser ce qui semble être une petite feuille tombée de la poche d'un de mes agresseurs mais ce geste n'a pas échappé à Ming.

     Je remercie rapidement Forth de son aide puis je me précipite vers Ming. Son visage se couvre d’ecchymoses et du sang coule de la plaie qu'il a au-dessus de son arcade sourcilière droite, la plaie a l'air profonde, je lui propose d'aller à l'hôpital, il refuse. Je cherche dans ma poche un mouchoir en tissus propre et le lui tend en lui disant d'appuyer sur la plaie avec, je sais ce n'est pas l'idéal mais dans l'urgence on fait avec les moyens du bord. Il me demande comment je vais, je lui réponds que tout va bien et qu'ils ne m'ont rien fait. 

     « Tu es sûr ?! » J’hoche la tête.

     Je passe l'épisode du coup de poing dans le ventre pour ne pas l'inquiéter. Je lui demande s'il a mal, il dit qu'il a l'habitude des coups en me disant que ce n'est pas la première fois qu'il est pris dans une bagarre avec Forth, celui-ci hoche la tête pour confirmer mais là c'est différent, sa plaie à l'arcade sourcilière mérite des soins rapidement. Ming me dit :

     « En tant que futur médecin tu peux surement t'occuper de moi, non ?! »

     Je réfléchis très vite, j'ai bien un sac d'urgence pour les premiers secours à l'appartement, de plus il faut que je soigne rapidement sa blessure au niveau de l'œil pour ne pas que cela empire et que je vérifie qu'il n'a rien au niveau de l'abdomen, en cette période de fête les urgences sont prises d'assaut pour soigner toutes sortes de blessures, de la cheville tordue jusqu'aux accrochages en voiture pour cause d'ébriété, certains ayant commencé à boire dès le matin de Songkran. Je regarde Ming et lui dis :

      « Ok, on va à mon appartement, j'ai ce qu'il faut pour soigner tes blessures. »

     Je me retourne vers Forth et lui dis :

    « Je vais prendre les choses en main et je te laisse le soin d'expliquer la situation aux autres. »

     J'attrape la main de mon homme et le tire vers la rue principale quand il m'arrête me disant qu'il veut remercier Forth de son aide. Il s'avance vers Forth et le prend dans ses bras pour lui faire une accolade, ils échangent quelques mots mais d'où je suis je n'entends pas ce qu'ils se disent, une fois la discussion finie, Ming revient vers moi. Nous nous dirigeons rapidement vers mon appartement qui est le plus près. Le long du chemin nous nous faisons à nouveau mouiller par des participants, cette fois-ci c'est un mélange d'eau et de talc.

     À suivre…


  • Commentaires

    2
    Samedi 9 Novembre 2019 à 22:21

    la scène me fait penser à un épisode de Bangkok G Story mais en plus violente happy En tout cas, super passage avec "super Ming" à la rescousse de son "poussinou", rhooo, c'est trop choux !!! hecool

      • Vendredi 15 Novembre 2019 à 08:16

        Coucou Claire7844,

        Il semble que mes chapitres aient provoqué de "super" émotions en toi au vu des commentaires que tu as laissé, merci beaucoup.

         

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :